Voyance voyance mediumnite
Astrologie astrologie; astrologue vosges
Numérologie numerologie; numerologue
Tarots cartomancie; tarot de marseille
Spiritualité spiritualite
Bien-être bien-etre; medecines alternatives


Les plantes et l'aromathérapie à travers les âges
Aujourd'hui les soins par les plantes passionnent et sûrement avec raison. Est-ce une affaire de mode, une affaire de conscience? Chacun y répondra personnellement. Quoi qu'il en soit les plantes ont toujours fait partie de la pharmacopée humaine. Petit résumé historique.
Aujourd'hui les soins par les plantes passionnent et sûrement avec raison. Est-ce une affaire de mode, une affaire de conscience? Chacun y répondra personnellement. Quoi qu'il en soit les plantes ont toujours fait partie de la pharmacopée humaine. Petit résumé historique.


Il n'est plus nécessaire de rappeler qu'à ce jour les plantes furent utilisées de tout temps et qu'aujourd'hui l'O.M.S. (Organisation mondiale de la santé, dont le siège est à Genève) déclare que de nombreuses études et recherches doivent axer leurs efforts sur les connaissances des guérisseurs, des herboristes et sorciers du monde entier, afin que des essais scientifiques puissent corroborer leur savoir empirique (résumé d'une décision de l'O.M.S. en 1983)

Il faut également  savoir avant de faire un petit voyage à travers les civilisations et le temps que :

- De nombreux médicaments de synthèse ont pour base des éléments actifs d'une plante, savamment isolée.
- Trente ans après le début de leur utilisation intensive, des conséquences secondaires sur l'organisme humain de certains « médicaments » de synthèse se  sont révèlés néfastes (D.D.T., thalidomide).
- Les éléments très différents qui constituent une plante : le principe actif isolé ne possède pas les mêmes propriétés que la plante entière dont il est tiré.

Maintenant, à travers les temps, les civilisations et les régions du globe, découvrons l'histoire des plantes et des huiles essentielles.

Pour commencer, le rapport le plus ancien entre les plantes et l'homme fut découvert il y a plus de soixante mille ans. Les peuplades primitives enterraient leurs morts en les couchant sur des fleurs, à chaque fois les mêmes !  De nombreux tissus végétaux et de bois ont été également retrouvées dans chaque sépulture (Fouille des cavernes de Shanidar en Iraq ). Ce qui pose le problème des rites funéraires et des valeurs magico-religieuses attribuées aux plantes.


L'utilisation des plantes Il y a cinquante siècles


Chirurgiens, herboristes, naturopathes et prêtres étaient de savants médecins quisoignaient « l'âme pour guérir le corps », et trouvaient que l' enténèbrement
(le mot maladie n'existe pas à Sumer) était une "crise curative" préparant la renaissance de l'esprit (document découvert dans les ruines de la ville sumérienne de Nippur).

La médecine sacrée à Sumer, d'après Marguerite Enderlin (Sumérologue), nous rapporte des éléments étonnants qui tendent à prouver que tous les naturopathes et praticiens de médecines douces d'aujourd'hui eurent de glorieux prédécesseurs :

Des savants de l'époque travaillant l'astrologie, la phytothérapie, l'anatomie, la pharmacopée, les diagnostics et pronostics, la pratique de l'hépatoscopie, les sciences secrètes qui leur donnaient les capacités d'interprétation des rêves, des couleurs, des taches d'huile sur l'eau.

Le médecin prêtre de Sumer était thaumaturge et savait accompagner le patient la maladie et la mort … L'enseignement secret et initiatique donné à chaque médecin à Sumer n'a pas encore été décrypté dans les tablettes, et peut-être restera-t-il inviolé, car l'enseignement se faisait essentiellement à l'oral.

Mais dans certaines tablettes nous avons retrouvé certains renseignements sur la pratique de leur art  et sur d'autres tablettes encore datant de plus de quatre mille ans, on trouve des diagnostics, des prescriptions médicales.

En voici quelques exemples  : Maux de tête : « Tu mélangeras du sapin, de la myrrhe, des roses, du mucilage de sésame, de la férule commune avec du son, que du délayeras dans de la bière ordinaire et tu lui feras un enveloppement autour de la tête ».

Dermatoses : «  Si un homme a des démangeaisons à la tête, tu pileras du ricin et de la salicorne. Avec de l'eau, tu lui laveras la tête, puis tu broieras de la (plante non identifiée) et de l'asphodèle dans de l'huile et tu lui enduiras la tête à plusieurs reprises. Ainsi il guérira ».

Pour les cas de teignes, d'eczéma, de chutes de cheveux… de nombreuses prescriptions étaient accompagnées de soins avec des bains, des lavements, des purgations, des vomitifs, des jeûnes ou des régimes particuliers, des exercices physiques à pratiquer dans les jardins du temple…

Utilisation des frictions cutanées avec des essences (l'huile essentielle de cèdre principalement), des fumigations pour les poumons et les voies respiratoires… étaient prépondérantes dans ces prescriptions.

A Sumer, depuis la plus haute Antiquité, l'aromathérapie, les oligosols et la lithothérapie (pierres broyées) étaient couramment utilisés dans les traitements où toutes les techniques cohabitaient et où les médecins étaient « spécialisés en toutes matières », pratiquant une médecine de l'homme total, médecine physique, spirituelle et holistique…


L'utilisation des plantes en Chine


La tradition veut que le Dieu-Empereur Shen Nung (2838 à 2698 avant J.C.) qui régna sur la Chine, donna aux hommes la science de la botanique.

Confucius (environ 551 à 479 avant J.C.), le plus célèbre des philosophes chinois, prône « la théorie de l'énergie vitale et des souffles », écrit le Traité de la Chambre à Coucher concernant l'hygiène et l'harmonie sexuelle, édicte les lois d'hygiène corporelle, l'utilisation salutaire des bains, douches, massages, nous apprenant que « coït » signifie « bataille de fleurs » !


L'utilisation des plantes en Inde


Le premier document médical Tsacharaka-Samhida, date d'un millier d'années avant J.C. L'atharveda, grand livre médical encore consulté, parle des plantes, des souggles (respiration) et des énergies… Les traitements médicaux y furent rassemblés après les invasions aryennes.


L'utilisation des plantes en Egypte


La marjolaine est attribuée à Osiris, l'armoise à Isis, la marrube à maat, la camomille au Soleil. Les principes de la médecine égyptienne à l'époque des pharaons se trouvent réunis dans les papyrus dits Ebers, trouvés à Thèbes en 1873.

On  y réalisait des vins aromatiques aux vertus anesthésiques. Les huiles aromatiques de cèdre et de basilic servaient à l'imprégnation des tissus utilisés pour l'art de l'embaumement.
Les traductions de hiéroglyphes nous ont livré de nombreuses formules de mélanges d'huiles essentielles et de substances balsamiques à base d'huiles, d'écorces, d'épices, de vins ou de bières aromatiques.
Ces produits trouvaient leur application dans la vie de tous les jours, la médecine, les rites religieux. 

Les papyrus de 2800 avant J.C. témoignent que « l'origan, la cannelle, le genévrier et la menthe entraient dans les onguents et pommades, préparés en exprimant l'essence des herbes ou en les faisant macérer dans l'huile grasse ».

Dans les temples, on utilise des onguents précieux et des essences parfumées. Pour embaumer les corps des Egyptiens de haut rang.

On trouve des préparations d'essences, d'huiles et de fleurs, en 2800 avant J.C., à l'époque des premières descriptions de plantes en Egypte.


L'utilisation des plantes en Grèce


Les méthodes sont sommaires, limitées à quelques procédés de phytothérapie traditionnelle, de psychothérapie, de physiologie élémentaire et de petite chirurgie, nous rapporte l'Histoire de la médecine.

Panacée était un guérisseur renommé, d'où le mot bien connu de « panacée », remède universel. Panacée représentait également une déesse grecque, fille d'Esculape et petite-fille d'Apollon. Hippocrate, au Ve sjècle avant J.C., est le père de la médecine, que nous connaissons tous.

Aristote et Théophraste furent ses disciples. Dioscoride (1er siècle avant J.C.) exerça la plus grande influence sur les botanistes de la Renaissance. Pline et Galien succédèrent à Dioscoride et augmentèrent ses œuvres.


L'utilisation des plantes en Perse


Avicenne (980 après J.C.), dans son Canon de la médecine, relate qu' en étudiant les plantes médicinales, il découvre le moyen de préparer par distillation des essences volatiles d'herbes et de fleurs.
Le Canon de la Médecine d'Avicenne fut l'ouvrage de référence des musulmans et de tout le monde occidental de l'époque. Avicenne fut donc l'inventeur de la distillation en Perse !


L'utilisation des plantes à Rome


Les huiles aromatiques entraient dans les élixirs de jeunesse et le peuplier était la plante sacrée d'Hercule.


L'utilisation des plantes au moyen-âge


Les médecins étaient encore des religieux. Le pape Innocent III promulgua un édit pontifical par lequel aucun ecclésiastique ne devait exercer la médecine dans un but lucratif, ni verser le sang d'une façon quelconque.
Les moines médecins se mirent à cultiver des jardins d'herbes et en quittant les ordres, ils devinrent apothicaires ou guérisseurs, vendant leurs préparations de village en village.


L'utilisation des plantes au XVIème siècle


Apporte la doctrine des semblables (loi de similitude), le traitement recherché dans la cause de la maladie : ce fut une des bases de l'homéopathie.

La majorité des médicaments est d'origine végétale et l'alchimie permet de grands progrès en chimie et en métallurgie. La recherche de l'élixir de longue vie a toujours permis aux savants de se surpasser ! Les usages internes et externes des huiles d'herbes aromatiques figurent dans certains traitements du XVIe siècle et des époques antérieures, tels qu'ils nous sont aujourd'hui familiers en aromathérapie.

Les huiles essentielles sont alors considérées comme le pur esprit de la plante et utilisées en usages interne et externe. Sur le corps physique, elles sont donc efficaces par l'intermédiaire de la pensée et des émotions. On utilisait également la rosée des herbes (ancêtres des fleurs du docteur Bach), des méthodes spéciales de respiration et de gymnastique.
La musique était jugée particulièrement bénéfique, (alto-ténor-basse-soprano) étant placés en parallèle avec les quatre humeurs.

On insiste également sur l'importance de la médecine préventive, spécialement en ce qui concerne les régimes alimentaires, suivant le bon vieux principe d'Hippocrate : « Que la nourriture soit votre médecine ».

Peu à peu, on assiste à l'évolution de la médecine et de la botanique, vague nouvelle rendue possible par la baisse du pouvoir de l'Eglise sur les médecins.


L'utilisation des plantes au XXème siècle


L'éveil de la médecine moderne, les travaux fameux de Pierre et Marie Curie, de Claude Bernard et de Louis Pasteur dont la phrase étonnante : « Le microbe n'est rien, le terrain est tout », montrent la nouvelle voie à suivre : la recherche et la connaissance du terrain présentant autant d'intérêt, si ce n'est davantage, que la recherche des microbes…

Les nouveaux médecins naturopathes, orthodoxes, énergéticiens, acupuncteurs, psychosomaticiens, magnétiseurs, rejoignent la médecine sacrée de Sumer. Il y a seulement quelques années, nous ne savions pas qu'à cette époque les frictions aux huiles essentielles étaient couramment utilisées pour entretenir la santé, pour rétablir la circulation du « souffle de vie » (énergie vitale), pour favoriser la « vivification » (guérison). Par exemple, le rôle du médecin de Sumer était de permettre au patient de retrouver la "lumière de gloire" (mots retranscrits sur des tablettes)

Cet état homéostatique que certains cherchent à retrouver aujourd'hui, rappelle les écrits hindous et tibétains sur l'évolution intérieure de l'être à travers les épreuves physiques et morales. Le médecin à Sumer, le lama au Tibet, les prêtres musulmans se voyaient conférer cette haute et glorieuse tâche de faciliter à l'homme son avancement spirituel, par l'entretien de son physique et de sa psyché.


L'utilisation des plantes aujourd'hui


Puissent les médecins ne pas oublier que l'homme se soigne dans sa totalité physique et spirituelle, et non pas avec une médecine de symptômes désunifiée, coupant l'homme en tranches, dont chaque spécialiste soigne la partie qu'il s'est attribuée…

Une médecine holistique qui unie physique, psychique et spirituel. Voilà ce qui à mon sens serait LA médecine de demain.

Il faut cependant noter que les plantes, les huiles essentielles ont le vent en poupe. Affaire de mode, de commerce, retour vers la sagesse ? Quoi qu'il en soit n'oublions pas qu'une plante a des propriétés actives comparables aux médicaments synthétiques. Elle ne peut donc être donnée sans savoir-faire, sans connaissances du corps humain, des actions spécifiques des plantes.

Ensuite il est important de ne pas mettre face à face et en conflits deux médecines qui peuvent être très complémentaires. Les excès, les corporatismes, les abus sont toujours dangereux aussi bien pour celui qui ne voit que par les plantes, comme pour celui qui s'enferme dans sa médecine académique.

Pour finir certains acteurs de la médecine alternative sont très compétents, mais d'autres attirés par la tendance commerciale, s'engouffre dans une brèche qu'ils connaissent à peine.

Autrefois être herboriste était un métier et des études de plusieurs années étaient sanctionnées par un diplôme, ce n'était sans doute pas pour rien. Aujourd'hui sans une réglementation et la possibilité d'avoir un vrai diplôme de nombreuses personnes passionnés par les plantes jouent au médecin .. dans certains cas dangereux.









magnetisme

Magnétisme

Le magnétisme vous est proposé par petites séances pour soulager divers maux ponctuels ou récurents.


Magnétisme

astrologie energetique

Astrologie énergétique

Le thème astrologique énergétique permet de découvir quels sont vos centres énergtiques en force et en faiblesse et de choisir avec à propos la ou les pierres en lithothérapie nécessaires.


Thème astrologique

référentiel de naissance tarot de marseille

Référentiel de naissance

Le référentiel de naissance est un outil thérapeutique ou maieutique de développement personnel qui permet de dénouer conflits relationnels personnels ou encore internes. Le tarot de marseille est à lui seul un outil miroir qui permet de faire remonter à la conscience ce que l'âme elle, sait déjà.


Je veux mon référentiel




Google Plus1 Twitteremail

Votre avis sur l'article Les plantes et l'aromathérapie à travers les âges






Je suis un être humain

I'm a Stupid Spam-Robot

Commentaires sur : Les plantes et l'aromathérapie à travers les âges

Angélique Deprets


medium vosges voyant vosges

Medium - Astrologue - Tarologue

Medium depuis 20 ans et dans les vosges sur Epinal depuis 10 ans, j'exerce la voyance avec foi et conscience. Foi en mes guides et conscience que la mediumnité est un don précieux qui ne se conserve que si l'on se respecte soi et la personne qui demande votre aide.
Astrologue par passion depuis l'âge de 25 ans je pratique l'astrologie médiévale. Je vous explique votre thème astrologique soit par téléphone soit directement à mon domicle dans les Vosges sur Epinal

Contact


3 rue du Gayeton Epinal
Vosges
88000
03 29 43 14 05
info@maat-voyance.com